L’ assurance décès invalidité (ADI)

Quand un établissement de crédit octroie un crédit à un particulier, il s’expose au risque que ce dernier ne puisse pas rembourser la somme due. C’est pour parer à cette éventualité que l’assurance décès invalidité a été instaurée.

L’assurance décès invalidité

Lorsqu’une personne contracte un prêt à moyen ou à long terme auprès d’un établissement de crédit, il doit se couvrir d’une assurance décès invalidité. Grâce à cette assurance, l’institution de prêt continue de percevoir un remboursement malgré le décès ou l’invalidité du client. Concrètement, si le client se retrouve dans l’incapacité de payer ses mensualités à cause d’une maladie où d’un décès, c’est la compagnie d’assurance qui se charge du remboursement à sa place.

Les risques couverts par l’ADI

Dans la réalité, le contenu des garanties change fortement selon les établissements mais généralement, on distingue l’invalidité absolue et définitive qui est une invalidité corporelle ou intellectuelle qui empêche l’emprunteur d’exercer un travail. Il y a aussi l’incapacité temporaire totale de travail qui correspond à un arrêt médical de travail. L’ADI couvre également l’invalidité permanente totale ou partielle qui est une invalidité permanente de taux supérieur ou égal à 33%. Avec l’assurance, l’emprunteur peut ainsi conserver son bien malgré une chute soudaine de revenus. Dans le cas d’un décès, l’assurance permet d’éviter la transmission de la dette aux héritiers car la somme restante est remboursée intégralement par la compagnie. Il en est de même pour l’invalidité absolue et définitive tandis que pour les deux autres cas, les conditions de prise en charge sont différentes selon les contrats. L’assureur peut alors rembourser une partie ou la totalité des mensualités.

Le coût de l’ADI

L’ADI se paie à partir de cotisation qui représente une part plus ou moins importante de la mensualité du prêt. Cette cotisation peut être calculée de deux façons : soit sur le capital initial, soit sur le capital restant dû. Pour le premier cas, la cotisation est unique et pareille sur toute la durée du remboursement avec un taux situé entre 0.18% et 0.45% tandis que pour l’autre façon, la cotisation évolue mensuellement à la baisse entre 0.50% à 0.70% selon les établissements.

L’organisme où souscrire l’ADI

Aucune loi n’oblige l’emprunteur à prendre l’assurance chez la banque qui effectue le prêt même si celle-ci propose un contrat d’assurance lié. L’emprunteur peut donc voir un autre assureur que celui proposé par la banque pour bénéficier d’un meilleur prix. Ceci est d’autant plus avantageux pour l’emprunteur s’il a moins de 40 ans car les primes des contrats groupes des banques ne distinguent pas la cotisation en fonction de l’âge de souscription.

Nos fiches pratiques

  • Définition du surendettement
    Le surendettement est une situation financière qui touchent de plus en plus de ménages qui n'arrivent plus à faire face aux remboursement de leurs crédits.
  • Définition de l’apport personnel
    L'apport personnel dans le cadre du financement, un bon moyen de négocier à la baisse votre taux de crédit si votre apport personnel est important.
  • Définition du prêt relais
    Les avantages et les inconvénients du prêt relais : un prêt qui permet de financer un nouvel achat en attendant la vente de sa maison.
  • L’ assurance décès invalidité (ADI)
    Définition et caractéristiques de l'assurance décès invalidité. Toutes les informations sur le coût de l'ADI et les risques couverts par cette assurance.
  • Définition du Taux Effectif Global
    Le TEG ou taux effectif global, un moyen rapide de comparer les offres de crédits des établissements financiers. Attention quand même à éviter certains pièges.