Remontée des taux de crédits immobiliers en décembre

Les derniers mois de 2010, on a pu constater un retournement de situation dans le domaine du crédit immobilier. Les taux ont connu une évolution positive passant de son niveau le plus bas en novembre à une nette, mais légère, augmentation au mois de décembre. Selon les courtiers, on attribue cette hausse à la crise de la dette de l’Irlande, de l’Espagne et du Portugal, pareillement pour la France. D’où l’augmentation des taux des obligations d’État.

Constat de l’augmentation des taux

Il est à constater que l’OAT (Obligation Assimilable du Trésor) a connu un accroissement de 0.42 % en l’espace d’un mois, passant de 2.84 % à 3.28 %. Son impact sur les taux d’intérêt des crédits immobiliers s’est tout de suite fait ressentir avec une hausse de 0.25 % rien qu’au mois de décembre et même plus selon la durée des emprunts. De ce fait, les emprunteurs peuvent avoir des taux moyens différents par exemple sur 15 ans entre 3.15 % et 3.45 %, sur 20 ans entre 3.35 % et 3.75 % et ainsi de suite. Ces augmentations des taux ont bien entendu été à l’initiative des établissements financiers.

Explications sur l’augmentation des taux

Le taux des emprunts d’État ont connu une hausse de 10 points pour les emprunts s’étalant sur 10 ans et de 20 points pour ceux supérieurs à 30 ans. L’État a décidé d’adopter cette démarche afin de réduire les déficits de la dette publique. Or, pour fixer les taux des crédits immobiliers, les banques se réfèrent aux taux des emprunts d’Etat. Si par exemple, la Banque Centrale Européenne augmentait le taux directeur, aussitôt les banques répercuteraient cette hausse sur leurs grilles tarifaires. La plupart des banques ont donc revu à la hausse leurs barèmes.

L’augmentation du taux des crédits immobiliers

On anticipe d’ores et déjà des taux supérieurs de 0,10 à 0,15 point à ceux indiqués dans les grilles. Ainsi, le taux fixe moyen devrait atteindre entre 3,60 % et 3, 65 % pour les emprunts immobiliers s’étalant sur 15 ans et entre 3,80 % et 3,85 % sur 20 ans. Mais les meilleurs dossiers peuvent quand même obtenir un taux fluctuant entre 3,30 % et 3,50 % sur 15 ans. Donc, la qualité joue considérablement dans l’obtention d’un taux relativement bas. Néanmoins, pour les experts, la hausse est négligeable. Par exemple, avec un emprunt de 150 000 euros remboursable sur 20 ans, les mensualités augmenteront de 23 euros.

Malgré cette hausse du taux des crédits immobiliers, la situation est encore loin du niveau de 2008, où les taux ont atteint un pic de 5 %. Cette légère hausse ne devrait pas tarir les demandes de crédit. Donc, les demandes de crédits et de rachat de crédits immobiliers sont encore fortement encouragées pour pouvoir profiter de ces taux attractifs. De plus, le nombre de crédits vendus ayant baissé, commercialement, les banques se font concurrence, situation qui n’est pas pour profiter aux particuliers. C’est donc le moment adéquat pour emprunter !

Nos fiches pratiques